Sélectionner une page

‘tain je bloggue tellement sur ce truc que je suis en train de demander si je ne vais pas créer une catégorie à part sur mon blog, rien que pour la virtualisation …

Il faut dire que ce sujet me passionne depuis maintenant avril 2005, date à laquelle j’ai changé de client dans ma SSII. J’ai repris à cette date là des fonctions d’administrateur UNIX, au lieu de pilotage. Et j’ai intégré une cellule qui administrait des serveurs partitionnés sous AIX. Je connaissais la technologie, pour l’avoir vue utilisée sur les z900 d’IBM sous MVS, ainsi que sur le Superdome HP. Mais je n’avais jamais utilisé cela sous AIX.

Depuis, je suis parti 3 jours en formation fin Mars sur le sujet directement chez IBM. Et je me retrouve, après la reversion des serveurs que j’administrais à un autre infogérant (mon client, en trois lettres, a pas mal d’infogérants), à administrer des gros gros serveurs AIX partitionés sous AIX 5.3, ce qui tombe en plein dans mon cours.

Etant passionné par ce versant de l’informatique, je m’y suis tout naturellement intéressé sous Linux. J’ai commencé par jouer avec vservers pendant un certain temps, tant du coté utilisateur (ce blog a commencé sa carrière sur un VDS Lycos) que du coté administrateur (j’ai monté un vserver chez moi). Mais j’ai vite été gavé par les limitations de l’outil : les serveurs ne sont pas vraiment indépendant entre eux, et surtout le noyau est partagé entre les serveurs. Pas glop …

Après mon déménagement, j’ai donc monté un PC avec les pièces récupérées à droite et gauche. Et là je suis en train de jouer avec XEN sur ce PC. Ca commence à être propre d’ailleurs. Je suis en train actuellement de compiler des trucs sur les deux partitions actuellement déclarées. Une (mozart) va me servir de serveur de backup pour tous les PC de ma maison. J’ai monté un DAT 8mm dans mon serveur, raccordé en SCSI. L’autre me sert de serveur de développement en PHP. Apache 2, PHP 5.1 et MySQL 5.1 sont au programme, plus CVS/SVN et un serveur FTP (encore que je me tate pour du WEBDAV pour déployer).

L’avantage de XEN par rapport à vserver, c’est qu’on peut plugger autant de disques virtuels que l’on veut dans la partition, alors que dans le cas de vserver, le FS du serveur virtuel doit être monté sur le serveur hôte.
Pour le cas de mozart, j’ai pluggé un second disque, qui va devenir un VG. Ce VG me servira à créer les FS nécessaires au logiciel de sauvegarde choisi. L’avantage étant qu’en cas de manque de disques, je pourrais facilement plugger un troisième disque virtuel et étendre le VG.

Je crois que je vais rédiger un p’tit tutorial sur le sujet, car je pense commencer à bien connaitre le truc actuellement.